Saison actuelle
La saison des neiges, ou saison de la nuit dans le nord du monde. La neige recouvre la terre et la nuit quasi-perpetuelle couvre le septentrion.
Du sang sur l'herbe [PV : Seythan Lyndor]

 :: Osa'alia :: Cœur de Verdure du Rhivarion Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Du sang sur l'herbe [PV : Seythan Lyndor]

Invité
Invité
Jeu 29 Déc - 22:20
Invité
Une fois de plus Armand avait atterri à Rhivarion, alors qu'il pensait avoir emprunté un chemin vers sa terre natale Ke'elawyr. C'était tout de même ballot qu'ils n'aient pas de carte, mais c'était ainsi, certaines personnes moins civilisées ne voulaient pas forcément qu'on les trouve. Pourtant Armand n'était pas un criminel notoire, il portait une épée à la ceinture uniquement pour se défendre contre ceux qui voudraient l'agresser. Il savait bien que ceux qui pouvaient lire dans les pensées n'étaient pas légion, si il en existait, on ne pouvait pas savoir si il était pacifique ou hostile.

Par chance il n'était pas encore tombé sur des troupes, sans doute parce qu'il essayait de se faire discret et d'éviter les moindres habitants afin de ne pas attirer les regards. Il tentait aussi tant bien que mal de marcher sur les grandes racines d'arbres au lieu des branches mortes au sol, ce qui lui semblait une bonne idée. Il avait conscience d'être en territoire ennemi, mais il voulait au moins retrouver son chemin pour regagner chez lui, là où on ne risquait pas de l'agresser pour un oui ou pour un non. On pouvait même lui tomber dessus rien que parce qu'il existait, alors qu'il ne saccageait nullement le paysage. Tout ce qu'il piétinait était souvent mort, des branches, des feuilles, des fruits secs, le genre de choses qui ne pouvait pas se plaindre d'être marché dessus.

Cependant tout ne se passait pas toujours comme il le désirait, le jeune homme se doutait qu'il allait se faire repérer à un moment ou à un autre, surtout qu'il ne pouvait pas dire précisément si on l'avait repéré ou non. Les habitants pouvaient toujours le surveiller de loin sans qu'il le sache, ou appeler des renforts en voyant qu'il était armé. C'est au bout d'un long parcours qu'il s'aperçut qu'il n'était clairement pas la discrétion incarnée, même si il essayait de ne pas faire de bruit. Des habitants commençaient à se diriger vers lui armés et motivés par son arrestation. Il leur expliqua qu'il était perdu et qu'il cherchait juste son chemin vers "n'importe-où-sauf-sur-leur-territoire" mais il n'eut pas le temps d'entrer dans les détails. Ce qui s'apparentait à une milice locale ou à une sentinelle avait remarqué son épée, et son style vestimentaire qui faisaient de lui un étranger potentiellement dangereux. Armand n'avait pas d'autre choix que d'avoir recours à la première étape : placer une main sur la garde de son épée et l'autre en protection, légèrement courbé pour se défendre contre les assauts qui pourraient le blesser.

Il était évident qu'Armand n'avait pas la moindre chance contre autant d'habitants armés et hostiles, surtout si ce n'était pas un as du maniement de l'épée. Cependant il réagissait uniquement car on l'attaquait, il n'avait pas levé l'arme le premier, c'était de la légitime défense. Il les prévint qu'il n'avait pas envie de sortir sa lame de son fourreau de peur de paraître encore plus dangereux, mais personne ne voulait l'entendre. Il était visiblement dans une situation épineuse, mais au moins il s'arrangeait pour que personne ne l'approche pour l'agresser, sinon il serait contraint d'utiliser la force. Malheureusement un des supposés gardes perdait patience et toucha le jeune homme au bras alors qu'il était toujours en position de défense. Suite à ce léger malentendu, beaucoup se jetèrent sur Armand en réagissant d'instinct à cet accès de violence, pensant que tout allait dégénérer si l'étranger commençait à riposter. Ils le plaquèrent alors au sol pour le désarmer du peu qu'il transportait comme armes. Sans aucune forme de procès, on lui prit son sac de provisions et l'emmena vers leur campement le plus proche.

Désormais prisonnier d'eux, Armand n'avait pas d'autre choix que de coopérer en espérant qu'on vienne l'interroger sur sa présence, même si il doutait que les habitants de la région soient très ouverts à la discussion. Pour le moment ils n'avaient pas montré beaucoup de compréhension à son égard, il était traité à la dure malgré qu'il n'ait pas un visage de tueur ni le regard dangereux. Aucune cicatrice ne figurait sur son corps, que ce soit sous ses vêtements ou sur son visage, rien ne laissait penser qu'il s'était déjà battu. Il avait toujours le bras blessé qui saignait heureusement lentement, mais qui lui faisait très mal, ce qui le faisait espérer qu'on vienne au moins le soigner. En attendant il était emprisonné dans ce qui s'apparentait à une cellule, n'ayant plus rien sur lui qui le permettait de sortir. De toute façon sa seule chance désormais était de négocier son retour, même si le chemin pour obtenir leur confiance serait long. Même si il ne l'obtenait pas, il pensait au moins pouvoir gagner le droit de franchir leurs terres tant qu'il restait blanc comme la neige. S'évader ne semblait pas la meilleure solution, car on le rattraperait vite et on le tuerait. Pour le moment il valait mieux feindre être un inconnu venu d'un pays lointain plutôt qu'un platéen, histoire de rester en vie assez pour retourner chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Osa'alia :: Osa'alia :: Cœur de Verdure du Rhivarion-
Sauter vers: