Saison actuelle
La saison des neiges, ou saison de la nuit dans le nord du monde. La neige recouvre la terre et la nuit quasi-perpetuelle couvre le septentrion.
What if I'm far from home - Veik [U.C]

 :: Les petits papiers :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

What if I'm far from home - Veik [U.C]

avatar
Veik
Hot stuff
Messages : 188
Date d'inscription : 22/11/2016
Profession : Écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Nov - 0:20
Personnage
Derrière l'écran
✥ Prénom : Veik
✥ Nom : Égaré dans les dunes du désert Vælien
✥ Âge : 32 ans
✥ Région d'origine : Væli
✥ Localisation actuelle : Dernièrement aperçu près d'Ypsokhrisòs
✥ Emploi/statut : Voyageur/Écrivain
✥ Orientation sexuelle : Hétéro (Initié des grandes maisons væliennes)
✥ Situation amoureuse : Célibataire
✥ Familier : Jahak : Espèce répandue dans la région de Vaeli et de Ke'elawyr, les Jahaks sont des mammifères qui peuvent être domestiqués même si la majorité de ces animaux restent sauvages. Ce sont de petits animaux qui peuvent se déplacer sur deux pattes comme sur quatre lorsqu'ils se mettent à courir. Ils peuvent atteindre les 70 centimètres en étant débout, une fois arrivés à l'âge adulte. De la tête à la queue, ils mesurent facilement un mètre une fois allongés. La pigmentation de leur fourrure varie en fonction de la région et de l'âge qu'ils ont, les Jahaks de Ke'elawyr auront tendance à avoir un pelage grisé ou bleuté, tandis que ceux de Vaeli arbore des couleurs vives et chaudes. Leur régime alimentaire se compose de certaines plantes mais ils se nourrissent surtout de viande. La longévité des Jahaks varie entre 15 et 25 ans. A l'état sauvage, ils vivent en groupe mais restent inoffensifs pour les humains, sauf s'ils se sentent agressés où s'ils sont effrayés. Malgré leur petite taille, ces petites bêtes restent tout de même de bons prédateurs, leur odorat est bien développé et leurs griffes et leurs deux grands crocs leur permette de déchiqueter la chair assez aisément.


✥ Pseudo : Kadal
✥ Age : 22 ans
✥ Autres forums : FACE THE WIND
✥ Ce que t'aimes dans la vie : Mourir (#parole profonde)
✥ Personnage sur l'avatar : Yasuo - League of Cancer
✥ Code du forum : validation by bbavdy
✥ Une parole pour finir ? : Beh lô' !   

Apparence et personnalité


Solitaire et peu communicatif, aux premiers abords ce voyageur peut paraître bien froid, cependant la vérité est un peu plus compliquée. Cet homme aux yeux obscurs a commencé à se désintéresser du langage oral lorsqu'il a débuté ses travaux d'écriture. Trouvant tout l'aplomb des mots dans leurs formes écrites, il s'est alors convaincu que leurs formes orales n'étaient pas nécessaires. Pour autant il ne s'est pas cloîtré dans un mutisme insondable mais a préféré réduire grandement son emploi de la parole.

Ce n'était pas les cicatrices qui couvraient son corps qui lui avait donné ces idées là, mais bel et bien des plaies plus profondes encore. Ayant vécu sa jeunesse dans la région de Væli, et plus précisément à Eḍāri,  là où l'expression et les négociations sont essentielles en raison du commerce, il s'était baigné dans les effluves vocales pendant une grande partie de sa vie et y avait aussi apporté sa contribution. Ce n'est qu'aux alentours de son quart de siècle qu'il se rendit compte que les conversations n'avaient rien de palpables et que les mots prononcés ne faisaient que s'envoler dans la seconde suivante, ne laissant derrière eux aucunes traces physiques, ce qui en réduisait grandement la valeur et sans doute même, leur sincérité.

Par extension la méfiance vis à vis des autres de Veik s'était révélée. Le doute se trouvait partout ce qui réduisait grandement les attaches sociales. Cela n'était pas vraiment vu comme une contrainte par le vagabond, lui qui depuis sa plus tendre enfance préférait se réfugier dans la tranquillité et la quiétude que lui offrait la solitude plutôt que dans la cohue et le concert désaccordé de la foule.

Méfiant sentimentalement, ce trait se retrouvait également dans sa prudence. Ayant commencé à arpenter les routes de différents endroits depuis quelques années, le voyageur s'était déjà retrouvé face à du danger. Plus d'une fois, il avait dû peser le pour et le contre pour savoir s'il devait changer d'itinéraire, le premier défini ayant été jugé dangereux, ou bien s'il pouvait se battre ou non contre certains prédateurs. Sa réflexion n'était pas la seule chose à être prise en compte pour ses décisions, Veik avait pour habitude de se fier à son instinct également. Ses cicatrices physiques constituaient un rappel perpétuel des mauvais choix qu'il avait pu faire dans le passé de ses situations là.

Malgré l'affection qu'il a pour les animaux qui peuplent les terres créées par la déesse Osa'alia, il reste conscient du risque que certains représentent vis à vis de l'homme. La plupart du temps, il se contente simplement de regarder certaines espèces de loin afin de satisfaire sa curiosité, qui est souvent éprouvée par l'envie de découvrir de nouveaux paysages et des nouvelles créatures.

Avec le temps, après être parti de Væli, Veik était devenu quelqu'un de plus calme et raisonné. Son esprit restait aussi léger que les vêtements qu'il avait l'habitude de porter, lui qui venait de cette région désertique ou le soleil était roi. Ses idées ainsi que ses rares paroles restaient aussi volatiles que ses cheveux qui suivaient la direction tracée par le vent.

Histoire


Aurore

Né au milieu des dunes
Sous la douceur de la lune,
L'enfant commence son périple
Parsemé de choix multiples.

Dans cette nuit où la lune est pleine
Une voix, comparable à celle d'une sirène
S'éveille, et chantonne une berceuse
La mère épuisée, demeure affectueuse.

.....

Eḍāri, la cité connue pour ses riches et pour ses extravagances pouvaient parfois dévoiler quelques facettes sobres également. Durant une nuit de Talvi, des pleures avaient été émises depuis le domicile luxuriant qu'occupait la famille Hezak. Kléa, qui approchait de la trentaine venait de donner la vie à un fils. Un enfant qui avait par la même occasion mis un terme à sa pratique de la prostitution, ce qui avait fait plus d'un malheureux si on se fiait aux éloges qui arrivaient lorsqu'elle constituait à elle seule un sujet de discussion entre habitués. Ce choix n'avait pas été forcé par l'arrivée de son enfant, contrairement à beaucoup d'autres femmes væliennes, elle ne souhaitait pas passer toute sa vie dans une maison regroupant plusieurs personnes jouant le même rôle. La rencontre avec son mari et l'arrivée de ce fils lui permettait de mener une vie qu'elle même jugeait, plus saine.

Sao, le père de cet enfant avait épousé Kléa 6 mois après l'avoir rencontrée dans la demeure où celle-ci travaillait. Il avait fait d'elle sa seconde femme et lui avait offert l'une de ses propriétés immobilières. Étant un commerçant connu et réputé, Sao était quelqu'un d'assez riche pour posséder différentes habitations, peut-être pas une dizaine non plus, mais il s'était accaparé deux belles maisons ainsi qu'une ou deux demeures plus modestes, habitées par des familles qui lui versaient un loyer, ce qui lui permettait d'avoir une source d'argent fixe en cas de coup dur. C'est qu'il était prévoyant le bougre, et il avait bien raison de l'être, la richesse était peut-être omniprésente dans la cité mais elle n'était jamais à l'abri. Rusé et intelligent, tels étaient les deux traits de caractère que Sao avait su peaufiner pendant de longues années pour s'en sortir et accroître sa fortune.  

...

Tandis que le jeune garçon se levait, le soleil disparaissait derrière les dunes ne montrant plus qu'un fragment de cercle teinté d'une couleur semblable aux ailes flamboyantes d'Ăo Ănh. La chaleur émise par l'astre s'adoucit dans la cité radieuse et celle-ci commence peu à peu à s'animer. Veik, tout juste âgé de quelques années s'élance à son tour dans les rues, gambadant fièrement et sereinement. N'ayant pas à se rendre à des cours durant cette nuit, où le sujet principal serait lié au milieu du commerce, le bambin court rejoindre quelques amis avec qui il a l'habitude d'arpenter les rues sinueuses mais pas pour autant silencieuses d'Eḍāri. C'est ainsi que le chérubin passe le plus clair de son temps. Veik reste un gamin vælien plutôt normal, il n'a pas de problèmes, il fait des bêtises comme la plupart des enfants même s'il est d'un naturel sage et poli.

Plus tard, l'enfant se rend sur l'une des places les plus fréquentées de la cité afin d'y retrouver sa mère qui, même si elle n'est plus prostituée, s'est reconvertie dans la musique. Bercé et envoûté par cette voix enchanteresse, jamais il n'a raté une seule représentation donnée par sa mère depuis qu'il peut s'aventurer dans les environs de leur lieu de résidence. Veik ne participe pas à la fête qui se passe sous ses yeux, les gens dansent, parlent, s'embrassent, marchandent, mais lui ne fait rien. Il se pose dans un coin et se contente d'observer et d'écouter les chansons que sa mère entonne. Ces chants parlant de mythes, de dieux ou encore de sentiments restent encore bien mystérieux pour le jeune enfant, mais la douceur qu'il capte dans la voix de sa mère l'empêche de songer à son ignorance infantile et lui permet sans difficultés d'imaginer ce que ces mélodies évoquent en lui, ce qu'elles représentent.

...

L'adolescence de Veik se profile alors bien vite sous le soleil rude surplombant Eḍāri la glorieuse. Le temps de l'enfance est passé. Kléa chante encore devant un public qui se fait de plus en plus abondant même si ses représentations se font un peu plus rares. Le jeune homme quant à lui, n'a plus besoin d'avoir des cours sur le fonctionnement de la cité et de ses activités. S'étant un peu rapproché de son père, il travaille désormais pour lui et tient un étal où il est chargé de vendre certains objets que le riche Sao lui apporte. Amenant ainsi sa pierre à l'édifice, Veik commence à faire parti des engrenages qui font fonctionner la machine gigantesque que représente cet endroit perdu au milieu des dunes ardentes du désert. De plus, même si le jeune homme n'était qu'un débutant, son père lui trouvait déjà certaines prédispositions pour ce métier. Il était séduisant, plutôt sérieux tout en restant un minimum sociable. Ce n'était pas rien, après tout, vendre des pierres scintillantes à de jolies jeunes femmes était toujours plus simple lorsque le charme pouvait être un atout pour la vente.

Veik n'était certainement pas le grand marchand que son père était mais il prenait la même voie. Elle ne l'inspirait pas spécialement mais elle lui permettait clairement de constituer sa propre petite fortune. Évidemment, une partie de celle-ci rejoignait les richesses de son père puisqu'il était tout de même son seul fournisseur. En guise de récompenses, Sao offrait parfois des petites babioles à son fils qu'il pouvait mettre de côté pour les revendre ensuite si jamais il en éprouvait le besoin. Ces objets finissaient toujours par finir dans un coin de la demeure familiale puisque l'adolescent ne gaspillait pas son argent et qu'il l'utilisait surtout en cas de besoin. Lorsque Veik fut près de la vingtaine, Sao lui fit cependant goûter à un autre aspect de la vie vælienne qu'il ne connaissait pas jusque là. Ainsi, le commerçant commença à compléter, à sa manière, l'éducation de son fils en l'emmenant un soir, dans l'une des plus grandes maisons de prostituées de la cité. Remarquant lors de ses rares visites au domicile que les babioles qu'il donnait à son fils n'étaient pas vraiment utiles, il ne trouva rien d'autre à offrir à Veik. Ce fut à partir de cette soirée que le jeune homme se mit à sacrifier un peu d'argent chaque semaine pour fréquenter les plus séduisantes femmes de Væli et se laisser enivrer par la luxure de ces agréables nuits.
...

Zénith

Depuis longtemps, les astres dominent
Les humains quant à eux déclinent,
Væli, fournaise du bonheur
S'anime et dévoile sa vigueur.

La fièvre, doucement s’effondre
Et les yeux, soudain s’inondent,
L'heure est venue de partir,
Afin de combler un tout autre désir.

.....

Les années passèrent au rythme du vent qui balayait les grains de sable dans l'immensité du désert dissimulant la grande cité d'Eḍāri. L'adolescent était désormais un bel homme qui avait su se faire une place dans les marchés. Durant des années, il avait poursuivi son activité et avait même eu l'opportunité de la développer. Certes il était encore bien loin de détenir l'importance que pouvait avoir son père dans le milieu, mais il pouvait désormais s'en sortir et vivre aisément avec les moyens qu'il avait pu accumulés pendant ces années. Il vivait toujours avec sa mère et voyait toujours son père de temps à autre. Veik expérimentait la vie type d'un citoyen vælien, il fréquentait les demeures des prostituées de la cité et gagnait son pain en participant au commerce local. Le système dans lequel il s'était enfoncé avait fini par le rendre similaire aux autres.

Malheureusement, le jeune homme espérait davantage de choses dans sa vie. Tout comme sa mère qui elle ne se voyait pas passer sa vie en tant que prostituée, Veik, ne se voyait pas dans le milieu du commerce jusqu'à sa mort. C'était le milieu de son père et il ne souhaitait pas prendre le flambeau en marchant dans les pas de la voie de Sao. Depuis quelques années, il avait commencé à développer un intérêt soudain pour les livres. Il découvrait les mythes entendus lors de son enfance grâce à sa mère, et il pouvait maintenant comprendre les histoires que sa mère avait chantées. Fréquentant ainsi les mots et légendes chaque jours, il se mit lui même à composer quelques histoires courtes qu'il faisait lire à sa mère avant d'essayer de les vendre. Les premiers écrits n'étaient clairement pas très littéraires mais ils parvenaient tout de même à tomber dans les mains des acheteurs. Au fil du temps, il se mit à écrire sur des sujets plus maîtrisés et évidemment, un jour, il eut l'idée originale de composer un recueil décrivant différentes pratiques sexuelles qu'il avait eu l'occasion de pratiquer, lors de ses visites chez les prostituées. Étonnement, cet ouvrage fut recopié plusieurs fois pour remplir les demandes de ceux qui désiraient en faire l'acquisition. «L'érotisme voilé du désert» était la première œuvre écrite par le jeune homme à rencontrer un tel succès. Il faut croire que les mœurs particulières des habitants de la cité pouvaient être exploitées de différentes manières.  


Quelques années après la rédaction de son livre érotique étaient passées et le jeune adulte commençait à se lasser de plus en plus de son activité commerciale. Il écrivait toujours et arrivait à trouver des acheteurs pour ses écrits mais le vacarme nocturne des marchés commençait à faire naître en lui un certain dégoût. Cette perte d'intérêt pour le commerce laissait cependant naître un autre désir au fond du vælien. Il souhaitait découvrir de nouvelles terres. Sa lassitude n'englobait peut-être pas seulement l'activité principale mais bien la cité entière, qui se faisait sans doute trop petite pour lui. Ainsi, un jour il prit la décision de s'aventurer en dehors d'Eḍāri. Cette décision, vraisemblablement prise à la légère allait lui laisser quelques traces indélébiles. En effet, Veik s'était un peu trop éloigné de la ville et était tombé sur un très jeune dragon des sables qui l'avait tout de même bien amoché malgré son jeune âge. S'étant au préalable équipé d'un sabre pour se protéger d'une éventuel danger, l'écrivain avait été balayé par la sauvagerie du dragon qui n'avait pas de temps à perdre avec un épéiste dépourvu de capacités dans le maniement d'une arme.

Par chance, un chasseur de dragons qui ramenait justement son butin à la cité avait entendu ses cris de détresse et lui était venu en aide. Ne faisant face qu'à un jeune dragon, il avait réussi à le terrasser tout seul. Après cet événement, cet homme enseigna le maniement de l'épée à Veik après que celui-ci lui en ai fait la demande. Durant les heures où il ne travaillait pas, il louait les services de son précepteur afin d'apprendre à manier une belle épée qu'il avait acheté chez un forgeron d'Eḍāri. Il conserva alors son enseignant pendant une bonne année avant de se sentir parfaitement à l'aise avec son arme. La dernière épreuve que le chasseur lui avait préparé était celle qui allait concrétiser ou non les progrès fait pas le jeune homme. Veik s'était rendu une nouvelle fois aux abords de la cité en compagnie de son précepteur et avait trouvé un jeune dragon qu'il avait dû vaincre pour prouver au chasseur que les enseignements qu'il avait reçus avaient porté leurs fruits. Durant cette période, Veik était devenu quelqu'un de plus sage. Il ne laissait plus ses impulsions le dominer comme cela pouvait être le cas auparavant.


Approchant maintenant la trentaine, le désir de voyager de Veik s'était fortement renforcé au fil des mois. Cependant même s'il savait se défendre, désormais c'était un tout autre problème qui l'empêchait de quitter simplement la gigantesque cité. Habitué aux maisons de prostituées pendant des années, l'écrivain s'était soudainement accroché à l'une d'elle car il ressentait une attirance pour l'une des filles qui y vivaient. Il avait déjà passé de longues nuits avec elle, mêlant la discussion et l'expression de leurs désirs sexuels. N'osant pas lui avouer ce qui ressemblait bel et bien à des sentiments, il ne cessait de ressasser les mots qu'ils avaient pu échanger, essayant de deviner tout seul si elle pouvait également ressentir la même chose à son égard. Certains mots lui laissaient penser qu'il avait la possibilité d'établir une vie de couple avec elle, tandis que d'autres lui faisaient comprendre que contrairement à Kléa, son statut de prostituée ne la dérangeait pas et qu'elle souhaitait en jouir le plus longtemps possible.

C'est alors qu'un jour il voulut être fixé. Ne pouvant resté indéfiniment dans cette hésitation, il s'était résolu à obtenir des réponses. En cas de réponse positive, il allait voir où sa relation pouvait le mener, dans la situation inverse, il n'aurait qu'à quitter la cité pour commencer son périple à travers le monde qu'il souhaitait débuter depuis quelques années. Passant alors une dernière nuit dans les bras de sa favorite, il ne put se résoudre à lui avouer ses sentiments qu'au levé du soleil. Veik n'obtint pas la réponse espérée et réalisa que les mots, même nombreux, restaient caducs et douteux. Les habitants de la glorieuse cité était entraînés au maniement du langage puisque celui-ci représentait une bonne arme pour le commerce et pour la séduction, il n'était donc guère étonnant qu'une déception se construise autour de cette maîtrise malsaine du langage. Ne se laissant pas trop abattre, Veik prit la décision de quitter la cité quelques jours plus tard accompagné de Siek, son Jahak que son père lui avait offert il y avait de cela trois ans, ainsi que de quelques objets précieux, de son épée, et d'une bourse bien remplie pour pouvoir survivre en dehors de la grande cité qui avait fini par l'étouffer. Ce fut donc à bord d'une montgolfière qu'il laissa derrière lui les dunes væliennes pour découvrir les merveilleuses plaines luminescentes de Nui.
...

Crépuscule

Il n'y a plus de destination
Après cette silencieuse désertion,
Les lueurs des flambeaux illuminant Væli
Laissent place au scintillement des champs de Nui

Les étoiles quittent le ciel obscur
Dérobant ainsi la terre sous mes yeux matures,
Perdu et dérouté par cette métamorphose
L'humain s'oublie, le reste compose.

.....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aïva
Elle taille les oreilles en pointes
Messages : 151
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : altara
Localisation : ke'elawyr
Profession : institutrice volontaire
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Nov - 0:27
oh.oh.oh.... OMG.
Té bô, Kadal. Vraiment. La suiiiiite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rani Thistleheart
La chanson de l'année
Messages : 94
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : Homme-bête (loup)
Localisation : Actuellement à Nui
Profession : Barde itinérant
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Nov - 0:44
< Veik. (Pas parce que "thug", juste pour le vent.)

DAMMIT. Tu prends du cancer, mais du beau cancer ! Don't worry, be salty.

Bref ! Bienvenue ici, depuis le temps que tu l'attendais hein ! :B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Veik
Hot stuff
Messages : 188
Date d'inscription : 22/11/2016
Profession : Écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Nov - 1:54
Merci vous deux !

Nihal > La suite arrivera bientôt, no worries. <:

Rani > Ce gif est "farpait" comme tu dis ! Eh oui, j'ai beaucoup attendu ! *te lance du sel*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 24 Nov - 7:31
Invité
Beh lô... Encore bienviendue... VAÏQUE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Veik
Hot stuff
Messages : 188
Date d'inscription : 22/11/2016
Profession : Écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Nov - 20:06
MERCI. FIORUS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rani Thistleheart
La chanson de l'année
Messages : 94
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : Homme-bête (loup)
Localisation : Actuellement à Nui
Profession : Barde itinérant
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Déc - 13:36
Bonjoir beau gosse du désert, ça te dirait qu'on parle un peu ? /pan

Bref, soyons plus sérieux ici. Je viens pour la santé mais quand même, tu vas arriver jeudi au terme du délai des trois semaines, donc est-ce que tu souhaites un petit délai ? C:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rani Thistleheart
La chanson de l'année
Messages : 94
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : Homme-bête (loup)
Localisation : Actuellement à Nui
Profession : Barde itinérant
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Déc - 10:55
Bon vu que je suis à la bourre (et qu'en plus je dp), je t'accorde une semaine de délai jusqu'à lundi prochain pour terminer ta fiche. (Et aussi une boîte de mouchoirs. <: ♥)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Veik
Hot stuff
Messages : 188
Date d'inscription : 22/11/2016
Profession : Écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 1:56
Eh bien voilà ma fiche est finie, j'ai deux jours de retard, je suis une loque, mais balek j'espère que la fiche saura vous faire oublier ma procrastination légendaire !


Bonne lecture ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 28 Déc - 16:18
Invité
Validation !

T'AS PRIS L'TEMPS JOSUÉ.

Tu peux désormais aller recenser ton avatar, faire ta fiche de liens si tu le désires, ouvrir un journal pour tenir tes rps à jour et aller demander un rp.

En te souhaitant une belle aventure dans le monde d'Osa'alia !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» † Carry me home tonight.
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Osa'alia :: Les petits papiers :: Fiches validées-
Sauter vers: