Saison actuelle
La saison des neiges, ou saison de la nuit dans le nord du monde. La neige recouvre la terre et la nuit quasi-perpetuelle couvre le septentrion.
Rani, barde itinérant [Finito]

 :: Les petits papiers :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rani, barde itinérant [Finito]

avatar
Rani Thistleheart
La chanson de l'année
Messages : 94
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : Homme-bête (loup)
Localisation : Actuellement à Nui
Profession : Barde itinérant
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Nov - 13:20
Personnage
Derrière l'écran
✥ Prénom : Rani
✥ Nom : Thistleheart
✥ Nom de clan : //
✥ Âge : 19 ans
✥ Région d'origine : Ke'elawyr
✥ Localisation actuelle : Sur les routes
✥ Emploi/statut : Barde itinérant dans une troupe
✥ Orientation sexuelle : Hétérosexuel
✥ Situation amoureuse : Néant
✥ Sang pur/sang mêlé : Sang pur - Rani est un homme-bête dont le totem est le loup. Il n'a aucun attribut visible mais a les sens du loup et la possibilité de se transformer.
✥ Pseudo : Sieben
✥ Age : Je me bonifie, comme le vin (ou pas.)
✥ Autres forums : Je suis un fantôme qui n'erre nulle part.
✥ Ce que t'aimes dans la vie : La nourriture, les mangas, les jeux vidéos (y)
✥ Personnage sur l'avatar : Knil - The Legend of Zelda
✥ Code du forum : Validé par moi-même
✥ Une parole pour finir ? : Je suis un mauvais fonda qui fait même pas sa fiche avant l'ouverture...

Apparence et personnalité


Il existe en ce monde des personnes taciturnes, peu loquaces ni souriantes, qui pourtant au premier abord, ont l'air chaleureuses et amicales. Rani fait partie de ce groupe-ci. Ce n'est pas tant qu'il est désagréable et méchant, bien loin de là, c'est juste qu'il n'aime pas vraiment parler inutilement et qu'il préfère utiliser son sourire à bon escient, quand il est nécessaire : tout est toujours plus lumineux quand il s'agit d'une rareté. Mais son visage aux grands yeux saphir et à la touffe couleur blé attirent les regards et la sympathie - généralement, - allez savoir pourquoi.

Pourtant il est gentil, le grand dadet. Gentil et naïf, à tel point qu'il croirait que les demoiselles naissent dans les fleurs et les garçons dans les choux. Malgré tout, il n'est pas naïf au point de croire que la vie est toute rose : il sait que des malheurs peuvent s'abattre à tout moment et il est un peu ignorant des choses de l'amour. À cause de sa gentillesse et de son manque de réponse, les enfants adorent bien souvent lui tourner autour et l'embêter. En retour, le barde aime les surveiller et jouer avec eux, quitte à sacrifier sa sérénité.

Le seul problème majeur de Rani, c'est son imprévisibilité et sa spontanéité. Il peut tout aussi bien être calme et avoir l'air dans la lune, comme à son habitude, puis l'instant d'après devenir agressif et violent. C'est son instinct animal qui a tendance à reprendre le dessus sur l'humain, parfois, le rendant ainsi fuyant et sauvage. Quant à son côté spontané, le jeune homme dit ce qu'il pense comme il le pense : de manière brutale, sans mâcher ses mots, ce qui peut bien souvent blesser les autres. Il ne pense pas à mal, il dit juste les choses à sa façon.

Côté physique, il n'est rien de plus banal que Rani, à quelques cicatrices près, çà et là et ses boucles d'oreilles, seule petite fantaisie qu'il s'est accordé. En outre, il est toujours équipé d'une épée, qu'il utilise pour défendre sa troupe et ses instruments sont toujours à sa portée, pour les moments où l'envie de jouer un air le prend.

Histoire

Le feu qui brûlait dans l'âtre avait quelque chose de soporifique, fascinant. Les braises qui craquaient et voletaient dans une danse inlassable hypnotisait le jeune homme qui les fixait obstinément. La fatigue de la route se faisait ressentir, tout autant que les douleurs musculaires qui l'accompagnaient.

Ce soir, la troupe ne se produisait pas : Rani avait donc tout le loisir de se reposer dans le fauteuil mité d'une énième auberge. Il ne se plaignait pas vraiment de ce train de vie qu'il avait choisi mais les tiques et les punaises dans les lits le laissaient tout de même dubitatif quant à l'hygiène de certains établissements qu'ils occupaient pour la nuit. Mais avec les enfants de la troupe, ils ne pouvaient pas se permettre de dormir constamment à la belle étoile.


Les paupières de Rani se faisaient de plus en plus lourdes et sa vision s'obscurcissait plus que de raison quand soudain, deux des fameux enfants sautèrent sur son fauteuil en babillant avec énergie.

「 Rani, Rani ! Arrête de t'endormir et raconte-nous des histoires ! 」
「 Alleeeez, s'il te plaît ! 」

Le barde rouvrit les yeux avec peine et grogna légèrement en essayant de chasser le flou de ses rétines mal focalisées. Daryl et Ilmir, les jumeaux terribles de la troupe, étaient perchés à ses côtés avec de grands yeux avides de curiosité et Rani ne pouvait définitivement pas leur dire non. Il frotta les yeux en soupirant longuement et répondit :

「 Très bien… Allez chercher les autres, s'ils veulent écouter aussi. 」

Les deux petites teignes se précipitèrent dans une pièce attenante, provoquant des regards courroucés de la part des autres clients de l'auberge qui dînaient dans la salle au plafond traversé de poutres de bois noirci, où des odeurs de pain chaud et de soupe piquaient les appétits. Ils revinrent bientôt avec une demi-douzaine d'autres enfants tout aussi bruyants qui se turent en voyant le geste de Rani qui portait son index à ses lèvres, silencieux comme toujours.

La petite troupe s'assit près de la grande cheminée qui crépitait toujours joyeusement et chaque petite paire d'yeux dévorait le barde du regard, attendant qu'il se décide à ouvrir la bouche. Quand ce dernier fut certain que les petits se tenaient tranquille, il demanda :

「 Qu'est-ce que je vous raconte ce soir, donc ? 」
「 Une histoire de princesse ! 」 commença une des petites demoiselles.
「 Non, raconte-nous la légende du lac de la lune ! 」 demanda Ilmir, impatiente.
「 Et si tu nous racontais ton histoire à toi, Rani ? fit soudainement Daryl, l'air très sérieux. Tu nous as toujours dit que tu étais né à Ke'elawyr et on sait que tu es… Enfin, on sait qui tu es, s'interrompit-il avec un regard circulaire vers les inconnus de la salle, mais en fait, on ignore quasiment tout de toi. 」

Un murmure intéressé monta de la petite assemblée du coin du feu et tous votèrent pour cette histoire-ci et pas une autre. Rani fit une moue indéchiffrable, peu enclin à raconter son histoire qu'il était, mais finit tout de même par soupirer un "d'accord" peu convaincu.

「 Par où commencer… ? 」
「 Ta naissance, tes parents ou quelque chose comme ça ? 」 suggéra un des marmots aux yeux brillants d'anticipation.

Adapter sa propre vie en un conte pour enfants n'était chose aisée, le jeune homme s'en rendait compte. Son regard se perdit de nouveau dans les braises dansantes alors qu'il réfléchissait à la façon de tourner ce récit. Sans un bruit, ses auditeurs attendaient, l'oreille aux aguets.

「 Je suis né au pied des montagnes de Ke'elawyr, dans un village dont je tairais la localisation car je serais obligé d'effacer tout témoin de la carte d'Osa'alia pour cette révélation. Mon père est un Ke'elawyri, ma mère une Viridienne et Ni Ife a décidé de leur destin le jour où mon géniteur se perdit dans la forêt, non loin du village de ma mère.

Elle aussi vivait cachée des autres Viridiens, puisqu'elle était… Placée sous le signe du lynx, expliqua-t-il d'un air entendu aux enfants, puisqu'il ne souhaitait révéler la nature de ses parents et la sienne aux oreilles indiscrètes qui pourraient fureter. Selem, puisque c'était le nom de mon père, avait été blessé par un chasseur qui l'avait pris pour une bête sauvage et se mourait dans des feuillages quand Mairead, ma mère, le trouva. Elle comprit de suite qui il était et ce qui s'était probablement passé en voyant la plaie béante qui s'ouvrait telle une bouche hurlant à la mort sur son flanc droit.

Sans plus tarder, la jeune femme alerta quelques hommes de son village qui s'occupèrent de ramener le blessé à l'abri, en sécurité dans une tente. Mairead, accompagnée d'un herboriste, soigna Selem et en un rien de temps et malgré la douleur encore présente, il put reprendre ses esprits. La Viridienne vit enfin le visage de son patient et ce fut le coup de foudre entre eux, ainsi en avait décidé Ni Ife.

Malheureusement, Selem devait repartir au plus vite dans les montagnes, puisqu'il était venu chercher des plantes qui ne poussaient que dans le Rhivarion afin de soigner un des habitants de son village. Sans chercher plus loin ni même demander l'avis de sa famille, Mairead quitta ses terres pour accompagner le jeune homme placé sous le signe du loup. 」


Rani fit une petite pause pour jauger l'attention de son public et laisser du suspens quant à la suite de l'histoire. Les enfants avaient toujours le regard aussi brillant de curiosité pour certains, de fatigue pour d'autres. Dans la troupe, tout le monde savait que le jeune homme était un homme-bête et tout le monde l'acceptait plus ou moins bien. Il continua bientôt de raconter l'histoire de ses parents comme l'avait fait tant de fois sa mère auparavant.

「 Sur la route du retour, Selem et Mairead s'aimèrent de nombreuses fois et arrivèrent au village du jeune homme après quelques deux semaines, puisque les deux hameaux n'étaient pas si distants l'un de l'autre. Là, Selem fut accueilli avec joie. Quant à Mairead, elle attisa la curiosité des habitants : qui était cette belle jeune femme qu'ils n'avaient jamais vue ? Le "héros" leur expliqua qu'elle l'avait soigné alors qu'il était mourant, dans le Rhivarion et de suite, les clameurs s'élevèrent : Mairead était une Viridienne, elle était donc barbare et sans pitié. La Grande Guerre laissait sa trace dans l'héritage de tout Ke'elawyri, comme une tâche de sang indélébile laissée par les Viridiens de l'époque dans l'esprit des ancêtres des monts brumeux.

Selem avait beau protester, Mairead ne se défendait pas face aux heurts des habitants. Elle savait qu'ils avaient raison, dans un certain sens et elle comprenait. Elle aussi aurait sûrement réagi pareil si elle avait été dans le même cas. Sauf qu'aux yeux de ces Ke'elawyris, elle était l'oppresseur même après tant d'années. La jeune femme annonça donc simplement à ses détracteurs qu'elle partirait mais qu'elle avait tout de même besoin de se reposer avant de reprendre la route. Le sage du village, ne détectant aucune malice apparente chez la jeune femme mais ne pouvant pas réellement s'opposer à ses compatriotes, lui permit en effet de rester le temps qu'il lui faudrait pour se remettre d'aplomb et interdit aux habitants de lui faire du mal.

Mais Mairead était de constitution fragile et pendant le voyage de son propre village vers celui de Selem, elle était tombée malade et dut rester alitée, fiévreuse, pendant un temps qui parut indéfiniment long aux habitants sceptiques. Le jeune homme restait à son chevet jour et nuit, et bientôt, une saison s'écoula. Tout le monde s'était finalement habitué à la présence douce de la Viridienne, qui n'avait jamais dit un mot plus haut que l'autre malgré le traitement haineux qu'elle avait reçu. En réalité, elle ne semblait même pas habitée par la méchanceté et la barbarie. Elle gagna le coeur de la plupart des réfractaires, sauf des plus obstinés et guérit petit à petit, jusqu'aux premiers signes de la bénédiction de Prācurya : Mairead attendait un enfant.

Même si elle avait gagné la confiance de ceux qui l'abritaient, Mairead avait promis de retourner chez elle et comptait bien tenir cette promesse, sans profiter de la gentillesse des Ke'elawyris. Malgré cela, Selem, le sage du village ainsi que la majorité des habitants la retinrent, au moins le temps de sa grossesse : ils étaient ancrés dans leurs traditions et leurs blessures mais ils ne vaudraient pas mieux que les Viridiens d'autrefois qui avaient déclaré la guerre au peuple de la montagne, en laissant une jeune femme fragile et enceinte repartir chez elle ainsi. 」
「 Mais Rani, coupa Daryl, on veut ton histoire à toi, pas celle de tes parents ! 」

Un murmure d'approbation parcourut la petite assemblée et Rani, même s'il était un peu vexé, accorda qu'ils n'avaient pas tort. Rassemblant ses esprits, il passa donc rapidement sur sa naissance dans le village caché de Ke'elawyr, ses premiers mois là-bas ainsi que le déménagement de toute la petite famille vers le Rhivarion.

「 Même si mes parents partirent du village de mon père, les habitants leur firent promettre de revenir de temps en temps pour leur montrer comme je grandissais. Finalement, j'eus une enfance plutôt simple même si j'ai toujours été plus ou moins renfermé. Quand j'eus trois ans, une famille dans le village eut une petite fille, la dernière après les deux premiers. Déjà qu'ils étaient en difficulté, leur vie fut encore plus austère et ils durent se serrer plus encore la ceinture.

Ma mère proposa rapidement de s'occuper de la petite, à la fois pour alléger le poids pensant sur les épaules de ces parents mais aussi pour veiller à ce que le bébé soit bien nourri mais ils refusaient la plupart du temps. J'étais le seul enfant chez moi, elle assura pouvoir s'occuper d'un second. Mon père chassait pendant que ma mère et moi nous occupions donc de la petite. Elle grandit avec moi pendant quelques années puis un jour, elle disparut. Du jour au lendemain, elle n'était plus là. Je me souviens encore combien j'ai maudit ses parents, parce que tous les enfants de la forêt connaissent le mythe de Man̄ju, le dieu qui enlève les enfants non-désirés. J'avais à peu près neuf ans à cet époque mais j'étais persuadé que le dieu de l'Oubli l'avait prise avec lui. Lui aussi, je l'ai longtemps maudit…

Mais bien vite, l'inquiétude liée à cette enfant qui avait été comme une soeur pour moi laissa place à celle liée à ma mère. La saison des neiges avait apporté avec elle son lot de maladies et ma mère si frêle en fut la victime, comme à l'accoutumée. Seulement cette fois, la fièvre l'emporta vite. Trop vite au goût de mon père et moi. Nous nous renfermâmes chacun de notre côté, ne comprenant plus l'autre. Mon père, fou amoureux d'elle depuis le premier jour, était devenu fou de chagrin et moi, enfant naïf, j'étais juste devenu muet et vide.

Mon père reprit finalement ses esprits alors que moi, je restais une coquille sans âme. Les dieux m'avaient volé deux personnes importantes dans ma vie en l'espace de quelques saisons, j'en étais inconsolable. Selem chassa pour nous deux, s'occupa des tâches seul alors que moi, je regardais dans le vide la journée entière.

Éreinté de mon comportement, mon père éclata un beau jour et me fit comprendre le fond de sa pensée : j'étais devenu un bon à rien, inutile à notre famille et j'aurais du me sentir honteux de ce comportement, parce que ma mère, elle, l'aurait été. Nous retournâmes dans le village d'origine de mon père peu après, afin qu'il quittât les souvenirs qui hantaient notre maison. Il s'était dit que peut-être, en partant, je retrouverais ma joie de vivre et mon énergie. Malheureusement, il n'en fut rien. Je restai à jouer mollement avec les instruments que ma mère m'avait offert et dont j'avais appris à jouer très tôt, avec elle, "cassant les oreilles" de mon père, selon ses mots.

Combien de fois nous sommes-nous disputés pendant cette période, parce que petit à petit une volonté naissait en moi : celle de devenir barde. Seulement, ça ne plaisait pas à mon père qui refusait de me laisser voyager jusqu'à Ypsokhrisòs parce que j'étais trop jeune et parce que de toute façon, barde ce n'était pas un métier, selon lui. Alors plutôt que de me permettre d'aller à la capitale impériale, Selem m'obligea à aller à Bourg Fuguen, pour faire mon éducation militaire.

Pendant deux ans, je réussis à tenir malgré moi, malgré mon côté imprévisible, sans que personne ne se doute de rien. Je me demande comment ils ont fait pour ne rien remarquer sur moi mais passons. Et finalement, un jour, alors que vous passiez par ici… Eh bien, vous savez la suite. 」

「 Oui ! T'as déserté l'armée et t'es venu avec nous les plus beaux ! Ainsi commença la vie de Rani au coeur piquant, barde itinérant ! compléta Ilmir d'un air grandiloquent. Mais on se demandait tous… Est-ce que tu as revu ton père au moins, depuis que tu es avec nous ?」

Un long soupir s'échappa des lèvres de Rani, dont le regard se perdit dans le vide. Cette réponse silencieuse suffit aux enfants qui n'insistèrent pas.

「 Et si on allait se coucher maintenant ? 」 demanda le jeune barde, de retour à son lui silencieux.

Certains enfants firent la moue mais la plupart avaient déjà l'air hagard et des bâillements déchirèrent leur visage. Sans broncher, puisqu'ils avaient obtenus ce qu'ils souhaitaient, ils se levèrent tous et se dirigèrent vers les deux chambres qui leur étaient réservés, rien qu'à eux les enfants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aïva
Elle taille les oreilles en pointes
Messages : 151
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : altara
Localisation : ke'elawyr
Profession : institutrice volontaire
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Nov - 15:03
Nyaaah. Link. Link. :décède:
Bon bah, tu sais déjà ce que je pense de Rani, huehue. Je l'aime, et yé t'aime aussi donc il ne peut qu'être hyper coul de ouf. Puis, puis. C'est tout.
Bon courazeuh pour écrire la suite. ♡
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 23 Nov - 17:51
Invité
Eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet... Jetem. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 29 Nov - 8:50
Invité
Rani, barde itinérant
Rani, barde
barde
bard
Bard
Bard.



:)



:(




(Sinon je t'aime sœurette.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rani Thistleheart
La chanson de l'année
Messages : 94
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : Homme-bête (loup)
Localisation : Actuellement à Nui
Profession : Barde itinérant
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Déc - 15:58
Bardo-samaaaaaa. Je vais ult tout le monde pour troll HAHA.

Bref, je déclare cette fiche enfin terminée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aïva
Elle taille les oreilles en pointes
Messages : 151
Date d'inscription : 20/11/2016
Race : altara
Localisation : ke'elawyr
Profession : institutrice volontaire
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Déc - 18:36
Validation !

N'ayé. Flemme de switcher sur le compte d'Osa'alia, mais voilàà. J'ai aimé ta fiche, comme toujours. ;w; J'ai hâte de vouar ce qu'il va devenir en rp.

Tu peux désormais aller recenser ton avatar, faire ta fiche de liens si tu le désires, ouvrir un journal pour tenir tes rps à jour et aller demander un rp.

En te souhaitant une belle aventure dans le monde d'Osa'alia !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Keln, guérisseur itinérant
» Morgane - Barde itinérante et joueuse
» Éramos D'irifuse; Coeur d'aigle
» Wyclef Jean, ambassadeur itinerant d'Haiti au Congres US
» Assassean, l'assassin itinérant { Validé }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Osa'alia :: Les petits papiers :: Fiches validées-
Sauter vers: